L'influence des lieux sur le vivant

> Accueil > Informer

Informer

Des lieux et des hommes

La perception et la compréhension des lieux remontent à des traditions séculaires qui imprègnent notre inconscient collectif et influencent notre conscient. Il y a 10 000 ans, l'homme a débuté sa sédentarisation en cohabitant avec la nomadisation.

Les nomades cherchaient les pâturages les plus favorables à leurs troupeaux en se déplaçant régulièrement avec leurs tentes rondes démontables et s'orientaient grâce à la voûte céleste avec pour témoins la nuit et la lune.

A l'inverse, les sédentaires se fixaient à des endroits choisis en clôturant des espaces pour leurs troupeaux et en bâtissant des maisons rectangulaires (ou bâtiment communautaire), ces constructions nécessitaient le jour et le soleil pour élaborer leurs repères géographiques et d'arpentages.

Au fil du temps, le paradigme des sédentaires a conquis l'espace en cohabitant avec la culture nomade qui est toujours présente dans notre perception du monde. Cette cohabitation est à l'image de la structure de notre cerveau qui reflète la sédimentation de nos différentes cultures (cerveau reptilien, vieux cerveau de nos millénaires) et latéralisé avec l'hémisphère gauche (plutôt rationnel) et l'hémisphère droit (plutôt intuitif). Cette description analogique, permet d'accepter que les lectures solaire et lunaire (comme nos deux hémisphères) se compètent pour mieux appréhender la qualité d'un lieu.

- La géobiologie des lieux anciens privilégie le facteur solaire (équinoxe, solstice...) pour apprécier l'orientation du lieu (mégalithique, églises Romanes...) en sachant que l'édification du site est en vibration avec l'eau et les réseaux telluriques.

- Le Feng Shui traditionnel chinois associe la carte énergétique du ciel et la terre afin que l'homme s'oriente dans l'espace au mieux de sa propre carte énergétique et de son chemin de vie (astrologie lunaire).

Les évolutions culturelles, industrielles et technologiques, de ces dernières décennies ont transformé nos modes de vie et nos habitats. Cette mutation du lieu implique une géobiologie plus technique et scientifique à l'image de la Baubiologie Allemande.

- La géobiologie de l'habitat s'exprime à travers la définition de l'habitat sain en privilégiant l'impact des effets des facteurs environnementaux du lieu bâti (matériaux de construction, isolation, finition, environnement électromagnétique) et de nos modes de vie (ventilation, chauffage, équipement informatique...).
Cette approche scientifique est pluridisciplinaire fondée sur des mesures, des normes et des recommandations et son objet nos lieux de vie et de travail.

Ces trois lectures du lieu seront abordées dans le site, mais la priorité est la géobiologie de l'habitat (habitat sain) au regard de l'évolution de nos modes de vis et de production de biens.

Santé et Energie de l'Habitat - ZA ATLANPARC - Zone de Kerluherne - 1 rue Marie Curie - Bât K, 1er étage - 56890 PLESCOP - France
Tél. 02 97 67 52 47 - Fax 02 97 67 52 86 - Contact courriel