L'influence des lieux sur le vivant

> Accueil > Informer > Habitat sain > Haute fréquence > Sources et effets

Ondes électromagnétiques artificielles hautes fréquences

Les émetteurs TV radio

La localisation de ces émetteurs se rencontrent sur des points hauts : sommet collines, normalement loin des zones d'habitation, balisés rouge/blanc de part leurs hauteurs et accompagnés de faisceaux hertziens (paraboles de grand diamètre).
Ces installations de radio et télédiffusion couvrent des espaces importants avec de fortes puissances d'émission en ondes continues (non pulsées). Les rayonnements des émetteurs de ce type sont concentrés en un faisceau étroit, orientés vers le sol et diffusant dans toutes les directions 24h/24.
La densité de puissance mesurée à proximité des émetteurs est proche d'une antenne (GSM) mais cette mesure est relative de part la hauteur élevée des émetteurs, on retrouve des valeurs importantes sur plusieurs Kms (programme CEM de l'OMS sur effets sanitaires des émetteurs radio-TV-FM).

Les stations relais de téléphonie mobile

L'essor considérable de l'utilisation de la téléphonie mobile et la création de nouveaux besoins ( le téléphone portable devient réception vidéo, carte de paiement...) nécessitant des infrastructures nouvelles et denses.
A l'inverse de la distribution d'électricité où le rayonnement produit des effets indésirables, le rayonnement en hautes fréquences (ondes pulsées) est un vecteur de transport utilisé pour la transmission d'informations sans fil.

La structure en réseau
Le réseau de téléphonie mobile se compose de cellules équipées d'antennes qui assurent la liaison par onde hertzienne avec le téléphone situé à proximité. Plusieurs cellules forment une station de base qui est reliée à une centrale téléphonique par une ligne téléphonique conventionnelle (ou faisceaux hertziens) qui reçoit et transmet les appels.
La station de base ne peut transmettre qu'un nombre limité de conversations, la grandeur d'une cellule sera adaptée à l'espace à couvrir.
Dans les régions rurales, les cellules ont un rayon de plusieurs kilomètres à l'inverse de quelques centaines de mètre en zone urbaine (ou plus micro cellules ou pico cellules à l'intérieur des bâtiments) ; les antennes des petites cellules fonctionnent avec une puissance d'émission plus faible.

Ces antennes relais génèrent des micro ondes pulsées (hyperfréquences) 24h/24h et entraînent des niveaux d'exposition plus ou moins important en fonction :

  • la distance de la source émettrice
  • la présence de réémetteurs passifs (structures métalliques)
  • fluctuation des puissances en fonction des pics de communication
  • le nombre d'antennes sur le site et leurs caractéristiques (ex : arrivée de l'UMTS)

La mesure de la densité de puissance d'une antenne peut être effectuée jusqu'à 300 m de celle-ci, avec de fortes variations entre ces deux points.
Les murs et les toits réduisent l'intensité du rayonnement qui pénètre à l'intérieur d'un bâtiment mais en revanche, il traverse facilement les fenêtres vitrées (sans revêtement) ainsi que les structures bois (toit, bardage..)

Les émetteurs à la maison et le téléphone portable

La radiocommunication est de plus en plus utilisée avec le téléphone portable mais aussi dans nos logements ( habitat, entreprise,..) avec le téléphone sans fil (DECT) ou les systèmes qui relient Internet, téléphone, ordinateur (Wlan, Bluethooth...).

Le téléphone sans fil (DECT)
Les téléphones sans fil se composent d'une base connectée au réseau fixe et d'au moins un combiné. La norme DECT est utilisée dans une gamme de fréquence de 1880 à 1900 MHz en ondes pulsées.
La station de base émet en permanence (24h/24h) à l'inverse du combiné qui n'émet que lorsqu'on téléphone. Il est recommandé de placer la station de base à une distance importante des lieux où on séjourne de façon prolongée (lits, canapés, fauteuils...).
Quelques mesures de champs électriques :

Distance/à la station base DECT Intensité du champ électrique
A 1 mètre 0,5 – 2,0 V/m
A 3 mètres 0,1 – 0,8 V/m

Le Wlan ( wifi,..) réseau local sans fil

Cette technologie permet de relier les ordinateurs, transférer des données (scanners, imprimantes...) et accès sans fil à Internet ou réseau entreprise ou lieux publics (gare, aéroport..). Elle est présente dans la gamme de fréquences (2.4 à 2.48 GHz) et (5.15 à 5.72 GHz) en établissant la relation avec l'ordinateur via une carte réseau. L'exposition à la carte Wlan est plus élevée que celle liée à la station de base, car elle est très proche de l'utilisateur.




Quelques mesures de champs électriques :

Distance/ au point d'accès Intensité mesurée du champ électrique
A 50 centimètres 1,1 – 4,9 V/m
A 1 mètre 0,7 – 2,8 V/m

Le Bluethooth
Le Bluethooth est une norme de radiocommunication pour la transmission des données sans fil sur de courtes distances (10-15-100 m) en utilisant la gamme de fréquences (2.4 GHz à 2.48 GHz). Il se différencie de la technique Wlan par sa portée relativement courte (ex : souris- PC ) avec des puissances maxi plus faibles (sauf portée 100m).

Quelques mesures  de champs électriques :

Distances de 50 cm Distances à 1 m
Portée 10 mètres : 0,4,0 V/m 0,2 V/m
Portée 15 mètres : 0,6,0 V/m 0,3,0 V/m
Portée 100 mètres : 3,5,0 V/m 2,0 V/m

Le téléphone portable
Via les stations de base, le téléphone portable émet ou reçoit des ondes pulsées avec des fréquences GSM (900 MG Hz), GSM (1800 MG Hz) et UMTS ( 1900 à 2200 MG Hz). Cette dernière se développe avec la fonction image ( voir pub la 3G ).
Le téléphone portable placé à quelques millimètres de la tête expose l'utilisateur à un rayonnement très élevé. Cette réalité a permis de prendre en compte l'effet thermique produit par les ondes pulsées, qui se traduit par un seuil maximum de 2 watts/kilo.

Les effets : normes internationales et nationales

Le rayonnement des hautes fréquences (et particulièrement des micro ondes) se mesure par la densité de puissance (watts/m²) ou par sa « composante électrique » ( volt/m) en obéissant à des normes internationales ou nationales qui régissent l'exposition du public. Les risques induits par cette technologie se caractérisent par des effets thermiques et athermiques avec la constitution croissante d'un nouveau groupe de personnes : les électrosensibles.


Pays, organismes
et références
FREQUENCE 450 MHz FREQUENCE 900 MHz FREQUENCE 1800 MHz FREQUENCE
> à 2 GHz
ICNIRP (OMS) guidelines 1998 29,1 V/m 41,2 V/m 58,2 V/m 61,0 V/m
Conseil de l'Union Européenne 12/07/99 29,1 V/m 41,2 V/m 58,2 V/m 61,0 V/m
Allemagne Grenzwerte 26 29,1 V/m 41,2 V/m 58,2 V/m 61,0 V/m
France Décret n°2002775 - 03/05/02 29,1 V/m 41,2 V/m 58,2 V/m 61,0 V/m
Suisse Lieux de séjour ponctuels ORNI 23/12/1999 * 28,0 V/m 42,0 V/m 58,0 V/m 61,0 V/m
Belgique Arrêté Royal 10/08/2005 14,6 V/m 20,6 V/m 29,1 V/m 30,7 V/m
Italie Décret 08/07/2003 6,0 V/m 6,0 V/m 6,0 V/m 6,0 V/m
Pologne 28/11/2003 6,0 V/m 6,0 V/m 6,0 V/m 6,0 V/m
Suisse lieux à utilisation sensible ORNI 23/12/1999 * 4,0 V/m 4,0 V/m 5,0 V/m 6,0 V/m
Luxembourg Circulaire n°1644 du 11/03/1994 - 3,0 V/m 3,0 V/m -
Russie Ministère Santé 2003 3,0 V/m 3,0 V/m 3,0 V/m 3,0 V/m
Parlement Européen Rapport Tamino en 1999 1,0 V/m 1,0 V/m 1,0 V/m 1,0 V/m
Autriche Résolution 1120 en 2002 0,614 V/m 0,614 V/m 0,614 V/m -
Autriche Land de Salzbourg 2002
- Extérieur
- Intérieur
-
-
0,06 V/m
0,02 V/m
0,06 V/m
0,02 V/m
-
-

* La Suisse définit les lieux sensibles : logements, écoles, hôpitaux, bureaux des autres lieux : escaliers garages, églises, salles de concert, terrain de camping. (ponctuels)

Les recommandations
L'exposition (répétée ou prolongée), aux rayonnements des hautes fréquences et particulièrement aux hyperfréquences, peut entraîner des effets thermiques et athermiques. De ce fait, le respect au principe de précaution incite à des recommandations sévères.


  µWatt/m² Volt/m
Habitat sain 1 µWatt/m² 0.02 V/m (20 mV)
Electrosensible > 1 µWatt/m² > 0.02 Volt/m

Les effets thermiques

La lecture de ce tableau est déroutante par les écarts constatés au regard de l'impact des hautes fréquences sur la santé du public.
Il est urgent d'appliquer le principe de précaution en prenant comme seuil maximum les valeurs les plus basses (Autriche : Land de Salzbourg = 0.02 Volt/m).
L'effet thermique engendré par l'utilisation du téléphone portable est géré par la valeur internationale (la SAR en anglais,) le DAS (débit d'absorption spécifique en français) : le seuil maximum est de 2 Watts/kilo en local et 0.8 Watts/kilo pour le corps.
Chaque téléphone portable a un DAS spécifique de 0 à 2 watts et cette mention doit être disponible pour le client avant tout achat. Cette valeur indique l'intensité du rayonnement absorbé par la tête et transformé en chaleur lors d'un contact téléphonique.

Les effets athermiques

Faute d'un consensus scientifique, aucune recommandation de l'Union Européenne n'existe dans le domaine des effets athermiques malgré de très nombreuses études (souvent des chercheurs isolés).
Dans les années 60, des études scientifiques décrivaient le syndrome des micro ondes suite à des observations sur les radaristes militaires. C'est l'exposition chronique à ces hyperfréquences qui provoque ces effets (voir travaux de R. SANTINI) :

  • syndrome asthénique : fatigue, irritabilité, nausées...
  • syndrome dystonique cardiovasculaire : hyper ou hypotension, tachycardie...
  • syndrome diencéphalique : somnolence, concentration, insomnie...
    avec bourdonnements d'oreilles, douleurs oculaires mais aussi des études qui établissent des liens entre relais de téléphonie et risque de cancer
  • enquête St Cyr l'école (rapport IVS oct. 2004)
  • enquête en Allemagne ( Raum et Zeit 2004) et en Israël
  • enquête Interphone 2006 "Téléphones cellulaires et tumeurs du cerveau"

La sensibilité aux hyperfréquences est différente selon les individus (étude INRS en 1 995 au sein de l'armée française), il existe une sensibilité individuelle à leurs expositions.

La population des électrosensibles

Selon OMS (aide mémoire 2005), l'électrosensibilité se caractérise par divers symptômes : rougeurs, picotements, sensations de brûlures, fatigue, lassitudes, étourdissements, nausées, palpitations cardiaques ; la difficulté, c'est que les symptômes sont « non spécifiques » à une cause précise et qu'on ne peut pas les rattacher à une maladie connue.
La tentation est grande de considérer ces comportements en attitude psychosomatique ou de stress inspirés par les éventuels effets des ondes électromagnétiques.
La Suède et l'Angleterre sont les seuls pays au monde où ce trouble est officiellement reconnu comme handicap ; des études menées à Salzbourg (Autriche) proposent le taux de 5% de la population totale affectée par l'électrosensibilité avec une extrapolation à 50% en 2017.
La Suisse intègre ces préoccupations en soumettant les lieux sensibles (écoles, hôpitaux...) à un seuil maximal plus bas.

Les effets liés à la compatibilité informatique

Les appareils mis en vente ne doivent pas générer des perturbations électromagnétiques susceptibles de perturber le fonctionnement des autres appareils.
La norme EN 61000-4-3 fixe le seuil à 3 Volts/mètre pour le secteur résidentiel et 10 Volts/mètre pour le secteur industriel.
Les différents équipements de la maison peuvent-ils affecter le fonctionnement de l'appareillage médical ? (lit hospitalisé...) Ne peut-on pas reprendre cette norme pour les humains ?

Santé et Energie de l'Habitat - 3 place du Palais - 56250 La Vraix Croix - France - Contact courriel