L'influence des lieux sur le vivant

Environnement extérieur

La qualité de l'air extérieur :
> La pollution aérienne
> La végétation

L'influence du sol :
> De la notion du sol
> Le rayonnement ionisant
> Le rayonnement d'un cours d'eau souterrain

L'Environnement électromagnétique artificiel à l'extérieur de l'habitat :
> Les basses fréquences
> Les hautes fréquences

L'Environnement sonore :
> L'Environnement sonore

La pollution aérienne

Le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) a quantifié l'impact de la qualité de l'air extérieur sur celle de l'air intérieur de l'habitat.

  • 100 % du monoxyde de carbone pénètre à l'intérieur hiver comme été
  • 80 % des particules fines sont présentes à l'intérieur
  • Concentration NO presque identiques à l'extérieur et à l'intérieur (sauf été plus faibles)
  • 60 % du dioxyde de soufre passe à l'intérieur
  • 20 % O3 observée à l'intérieur.

La pollution atmosphérique à un impact important sur l'asthme allergique.
Par exemple : L'ozone accentue l'hyperactivité bronchique de l'asthmatique (augmentation des crises au cours des 35 à 48 heures après le pic de pollution).

On observe un taux de cancers du poumons plus élevé dans les zones urbanisées et industrielles. On estime que 5% des cancers du poumon sont dus à la pollution atmosphérique.

Dans cette perspective il est souhaitable d'éviter :

  • La proximité des zones industrielles, centres thermiques ou nucléaires (+/- 10 Kms)
  • Les zones de circulation automobiles intenses
  • Les carrefours ou rues étroites et bordées d'immeubles hauts (absence de ventilation).

S'informer via les réseaux de surveillance de la pollution atmosphérique, indice de la qualité de l'air atmosphérique, et réseaux de surveillance des grandes villes.

La loi sur l'air du 30 Décembre 1996 à permis la mise en place de dispositif de surveillance de la qualité de l'air et elle est renforcée par la plan air (Novembre 2003) qui intensifie la réduction des émissions de polluants et la meilleure information du public.

La végétation

Les personnes atteints d'allergie pollinique (rhinite ou asthme) veilleront à :

  • Planter des haies avec diverses espèces en privilégiant les plantes à fleurs pollinisées par les insectes
  • Éviter les espèces d'arbres les plus allergisants dans son jardin
  • En région Méditerranée ne pas réaliser des murs de cyprès (ou utiliser des cyprès mâles stériles)
  • En milieu urbain diversifier les essences afin de limiter les concentrations de pollens allergisants, les teneurs élevées en ozone potentialise l'action des allergènes.
  • La tonte des graminées avant floraison diminue considérablement la qualité de pollens libérés.

Le radon (voir radon air intérieur)

En règle générale, la première action à entreprendre est de mesurer la concentration de radon à l'aide de dosimètres. Ceux-ci sont placés dans les pièces où l'on passe le plus de temps à raison de deux dosimètres sur une période de deux mois.

Face à une concentration élevée il y a deux types d'actions à mener :

  • Empêcher de radon de pénétrer à l'intérieur du bâtiment en augmentant l'étanchéité sol/bâtiment (scellements des fissures et des ouvertures dans les murs et planchers et particulièrement les sols en terre battue) ou en ventilant l'aération des sous-sols (vide sanitaire...) pour la construction neuve prévoir des drains qui captent le radon et l'évacue à l'extérieur.
  • Diluer le radon présent par une meilleure ventilation de l'édifice (renouvellement de l'air intérieur) par l'aération naturelle et la ventilation mécanique.

Les rayonnement ionisants

La radioactivité est supérieure au rayonnement ambiant naturel (rayonnement de fond), elle provient soit de matériaux de construction soit des perturbations géologiques dues à un cours d'eau souterrain. Elle est responsable de lésions cellulaires, de destruction de cellules. La radioactivité se mesure en Sievert par heure (Sv/h) ou en taux (impulsions/seconde).

Les appareils de mesure de la radioactivité dont le MEDCONT (cristal NaJ à scintillations) permettent d'analyser la présence de radioactivité sur les terrains, les maisons, les matériaux de construction.

L'étude de l'observatoire de la qualité de l'air intérieur présentée en 2006 sur 567 logements en France (1612 individus) représentatifs des 24 millions de résidence principale, a mis en évidence que : Le rayonnement gamma montre des niveaux inférieurs à 0.062µSv/h dans 50 % des logements et dépasse 0.1µSv/h dans 5 % des cas.

L'éloignement de tout rayonnement gamma est la première mesure à prendre.

Le rayonnement d'un cours d'eau souterrain

La détection sensible des rayonnements d'origine tellurique perturbants la santé des habitants est pratiquée par le géobiologue. Il est particulièrement sensible aux endroits qui sont sujets à des expositions longues (chambres, bureaux, salon...). Celui-ci met en évidence les zones d'influences afin d'éviter une exposition prolongée à l'aplomb de ces rayonnements. L'étude géobiologique permettra la réorganisation des espaces de repos ou de vie (déplacement du lit, du bureau...) afin d'éviter le rayonnement d'origine tellurique. Souvent ce rayonnement est à l'origine de difficulté d'endormissement, d'énurésie, de rythme cardiaque irrégulier, de fatigue chronique.

Les basses fréquences

La distribution électrique qui fournit l'énergie électrique produit des champs électriques et magnétiques ; ils ont en commun le fait que leur impact diminue avec la distance (loi carré de la distance).

Par contre le champ électrique est invariable dans le temps à l'inverse du champ magnétique qui est fonction de l'intensité du courant électrique passant dans le conducteur. De ce fait, les riverains des lignes électriques seront exposés à des champs magnétiques plus ou moins intenses en fonction de la journée, de la saison (besoin des consommations d'électricité).

Les champs électriques sont rapidement déformés et arrêtés par les matériaux de construction ou des écrans constitués par des arbres, des haies, des talus de terre. A l'inverse des champs magnétiques qui forment des boucles continues autour de la ligne de courant et que rien n'arrêtent (sauf du métal).

La densité des courants induits par l'exposition aux champs électromagnétiques est différente entre l'animal et l'homme. En effet, le fait d'être relié à la terre, la position du corps (parallèle ou perpendiculaire aux champs électromagnétique), la forme, le volume du corps, influent sur la densité des courants reçue. Elle est plus élevée pour les espèces de grandes tailles que de petites tailles.

Les distances de sécurité à prendre en compte à proximité des lignes électriques doivent être réalisées pour des mesures in-situ à des heures et à des saisons différentes afin de qualifier particulièrement d'intensité du champ magnétique à partir du seuil de 0.01 µT (1milligauss) (Étude de l'institut Karolinska Stocholm).

Valeurs indicatives de distance de sécurité.


Tableau des distances de sécurité (indication + ou -)
Puissance de la ligne Préconisation
400 000 volts 350 m
225 000 volts 200 m
90 000 volts 100 m
63 000 volts 70 m
20 000 volts 15 m
230 – 380 volts 10 m

L'éloignement de 6 à 8 mètres d'un transformateur urbain est souvent préconisé.

Les effets biologiques engendrés par la présence de ligne électrique, sont plus ou mois reconnus par les différents pays au regard des décrets-lois ou circulaires.

La Suisse : 1µT ou 10mG

La Suède : Ce pays interdit toute nouvelle ligne électrique à moins de 75 mètres d'une habitation (ni école) avec un champ magnétique inférieur à 2 MG (ce qui éloigne automatiquement les lignes moyennes et très hautes tension).

Le Luxembourg : 20 mètres pour les lignes de 65 000 Volts

L'Italie : 28 mètres pour les lignes de 380 000 Volts

La France : (la norme limite d'exposition est de 1 000 MG), les lignes très hautes tension (400 000 Volt) peuvent surplomber des maisons d'habitation. La France applique la recommandation Européenne de Juillet 1999.


Recommandation Européenne de Juillet 1999
Champs magnétiques 1 000 MG (Milligauss)
Champs électriques 5 000 Volts

Voir « guide provisoire pour l'établissement de limites d'exposition aux champs électriques et magnétiques aux fréquences 50/60 Hertz » ICNIRP

Une étude sur le lien entre l'exposition aux champs magnétiques et le cancer a été mené par Fraychting et Alhbom (1992) de l'institut de Larolinska de Stockholm. Celle-ci concerne une population de 436 000 personnes vivant à moins de 300 mètres d'une ligne à haute tension entre 1960 et 1985.
L'étude conclut qu'il y a une augmentation de la leucémie chez les enfants de moins de 15 ans proportionnelle à l'exposition du champ magnétique subi.


Exposition moyenne Risque relatif
> 1 MG 2
> 2 et 3 MG 2.7 et 3.8

Les hautes fréquences

C'est la mesure de la densité de puissance émise par les différents émetteurs qui permet de qualifier l'impact des hautes fréquences sur l'habitat. Cette mesure s'effectue dans l'environnement immédiat de l'habitation.


Les valeurs limites pour les différentes fréquences (France/Suisse)
Installation Fréquences France
*ICNIRP
(Valeurs seuils)
Suisse
*ORNI
(Lieux sensible)
Emetteurs de radiodiffusion 10 – 400 MHz 28 V/m 3 V/m
Emetteurs de téléphonie mobile 900 MHz 41 V/m 4 V/m
  1800 MHz 58 V/m 6 V/m
Emetteurs UMTS 2100 MHz 61 V/m 6 V/m

La Suisse pratique à la fois les normes de l'ICNIRP (Commission Internationale sur la radioprotection non ionisante) qui prend en compte la totalité du rayonnement haute et basse fréquence générée à l'emplacement donné. Cependant, elle préconise au regard du principe de précaution, des valeurs limites (ORNI, ordonnance du 23 Décembre 1999 sur la protection contre le rayonnement non ionisant) qui visent à maintenir une charge électrosmog faible dans les lieux à utilisation sensible (écoles, hôpitaux) ou séjours prolongés.

Les valeurs seuils tiennent compte de l'effet thermique des hautes fréquences (échauffement du corps induit par le rayonnement de forte intensité des émetteurs). Les effets ne sont pas pris en compte (voir chapitre environnement intérieur).

On recommande souvent une distance de 300 mètres par rapport à une antenne relais, mais la multiplicité des antennes relais (pico émetteurs), l'augmentation du WIFI imposent des mesures in-situ afin d'apprécier la densité de puissance émise.

L'intégration des antennes relais dans le paysage urbain et rural entraîne une perte de vigilance devant un risque potentiel, seule la mesure est pertinente.


La recommandation en habitat sain 0.6 V/m
Personnes électrosensibles 0.06 V/m

L'Environnement sonore

La réglementation :
Il n'y a pas de vision globale dans la réglementation concernant le bruit. Cependant, l'addition de divers décrets au regard des pollutions sonores nous donne un aperçu des règles à respecter :

  • Loi cadre de Décembre 1992
  • Décret 1995 sur les infrastructures routières
  • Mars 2002 : restriction d'exploitation liées aux bruit
  • Directive Européenne du 25 Juin 2002 des points noirs pour les agglomération de plus de 250 000 habitants avec un plan d'action en Juillet 2008 et agglomérations de 100 000 habitants avec un plan d'action en Juillet 2013.
  • Circulaire de Mai 2004 sur les points noirs

L'impression sonore :

Augmenter de 3 dB C'est multiplier par x 2 L'impression sonore
5 dB x 3
10 dB x 10
20 dB x 100
50 dB x 100 000

Les différentes mesures s'opèrent avec un sonomètre soit classe 2 pour des mesures indicatives ou classe 1 (étalonné en laboratoire) afin d'établir des mesures artificielles.


Les niveaux de bruits et mesures  :

Sensations auditives Intensité Sonore Sources
Seuil audible 5 dB  
Silence inhabituel 10 dB Cabine prise de son
Très calme 20 dB Désert – jardin tranquille
Calme 30 dB Restaurant tranquille
Bruit courant 50 dB Restaurant tranquille
Bruit urbain 60 dB Autoroute
Bruyant mais supportable 70 dB Salle de classe
Pénible pour entendre 80 dB Bruit continu d'une rue à fort trafic
Seuil de danger 90 dB Aboiement, radio très bruyante
Difficilement supportable 100 dB
105 dB
Moto course
Discothèque
Seuil douleur 120 dB
130 dB
Voiture de course
Avion à réaction au décollage

Quelques chiffres :

  • Tondeuse à gazon entre 85 et 95 dB
  • Tronçonneuse entre 95 et 115 dB
  • Vélomoteur avec un pot d'échappement scié 100 dB. Il peut réveiller 250 000 personnes en traversant Paris.

Les solutions produits :
Pour réaliser une isolation acoustique, il existe 3 principes

  • Loi de masse : Plus le matériau est lourd, plus ça isole du bruit (ex : une cloison en béton isole plus que du plâtre).
  • Loi masse – ressort – masse : Esprit sandwich, cloisons séparées par de l'air rempli par laine végétale, minérale.
  • Loi d'étanchéité : Là où l'air passe, le bruit passe. Il faut augmenter la maîtrise de l'étanchéité à l'air, sans toutefois remettre en cause la ventilation du logement.

L'isolation des bruits aériens extérieurs - Fenêtres
Les coffres volets roulants : pose de joints d'isolation, absorbants et isolants acoustique.

  • Solutions doubles vitrages asymétrique 10-6-4 (certification Cekal AR3)
  • Ajout d'une deuxième fenêtre avec simple vitrage (d'une épaisseur d'au moins 6 cm) à une fenêtre déjà existante. La distance entre les deux fenêtres doit être au moins de 12 cm.

L'isolation des bruits aériens intérieurs

  • Parois simples : constituées d'une structure homogène et d'un seul matériau s'opposent aux transmissions du bruit par leur masse.
  • Parois doubles : deux éléments indépendants (plaques de plâtres, briques séparées par une lame d'air et matériau absorbant).
  • Parois complexes : (paroi simple et doublage acoustique) liège, laine minérale, végétale ou polystyrène expansé élastifié.
  • Complexe de doublage à coller, produits qui permet à l'emploi le renforcement acoustique obtenu par collage sur la paroi initiale, ou doublage à ossature métallique pour les plafonds et murs.

L'isolation contre les bruits et les chocs
Isolation des planchers afin de réduire la transmission de l'intensité des chocs sur le support pris dans le plancher lui-même en utilisant la technique chapes flottantes, ou revêtement de sol épais. L'isolation des plafonds par l'installation plafond suspendu (rails + vide d'air...).

L'isolation des bruits équipements individuels
Le bruit des baignoires avec plaques adhésives viscoélastiques ou emploi de plots souples sous les appris.
Le bruit de la robinetterie dans le cadre de l'achat voir indice «  Ds » plus il est élevé plus le robinet est silencieux.
Le bruit chasse d'eau, réglage du débit et réglage du flotteur, il existe des robinetteries de chasse d'eau « acoustiques ».

L'isolation des bruits équipements collectifs
Les bruits de canalisation : la gène acoustique provient des colliers vois colliers garnis de mousse.
Le bruit de la VMC désolidarisé, le moteur du sol, liège ou suspendre le moteur.

Santé et Energie de l'Habitat - 3 place du Palais - 56250 La Vraix Croix - France - Contact courriel